Harcèlement sexuel : 30% des victimes ne disent rien à personne.

En 2015, une étude révélait qu’une femme sur cinq disait avoir déjà été victime de harcèlement sexuel. Et surtout, seuls trois cas sur dix étaient rapportés à la direction ou l’employeur et 30% des victimes ne disaient rien à personne.
Le harcèlement sexuel au travail reste un phénomène difficile à quantifier, tant il reste tabou, malgré la récente affaire Weinstein et le hashtag “me too” qui sont venus libérer la parole.

Alors que faire lorsque l’on est le collègue ou le manager d’une victime?
Face à un salarié victime de harcèlement sexuel, il n’est pas forcément aisé de savoir quoi faire, que l’on soit son collègue ou son supérieur hiérarchique.

“Que vous soyez le supérieur ou un simple collègue de la victime, vous devez être à son écoute, lui dire que vous la croyez.
3 phrases-clés : tu n’es pas coupable, c’est lui le coupable, et c’est interdit par la loi”.
Mais attention : “ce n’est pas à vous de juger de la gravité des faits. Vous devez seulement prendre en compte le témoignage de la victime, l’entendre”,